Et une indigestion en plus :(

Chère petit trésor,

Tu vas te dire que ta maman n’est pas très en forme dernièrement! Alors que je me remets à peine du virus et que je commence à moins tousser et à dormir un peu plus, j’ai eu une indigestion assez phénoménale! Si ce n’est pas la toux qui te bouscule, ce sont les vomissements!

En gros, papa et moi avons mangé la même chose, mais il semble que mon système a décidé qu’il ne voulait pas digérer les muffins pour une obscure raison. Pendant notre belle promenade au parc des salines en après-midi (nous avons décidé de profiter du beau temps, surtout que ton papa est en congé ^^), j’ai commencé à me sentir très fatiguée et étourdie. Nous avons raccourci notre itinéraire, et sur le trajet du retour, j’ai, mmmmm, renvoyé le contenu de mon estomac dans la voiture. Comme je ne vomis pour ainsi dire jamais (c’était la première fois en 10 ans de vie commune que ton papa me voyait ainsi), nous étions aussi surpris l’un que l’autre. Heureusement, tout s’est bien lavé et après une bonne sieste et une soirée tranquille, tout est rentré dans l’ordre. J’avais tellement peur d’avoir contracté une gastro en plus de la bronchite virale, mais non, ce n’était qu’une petite indigestion isolée. Fort heureusement, car nous avons invité toute la famille à dîner dimanche pour célébrer ta venue prochaine, et ça m’aurait brisé le coeur de devoir annuler cet événement, ce qui ne sera pas la cas car je vais beaucoup mieux! Bref, c’est un début de mois de juillet mouvementé que nous avons vécu, en espérant que le reste du mois soit plus tranquille!

Huitième rendez-vous sage-femme

Ce mardi 28 juin, nous avons rencontré à 9h00 la troisième sage-femme qui pourrait être présente à l’accouchement, étant donné que nos deux sage-femmes attitrées seront en vacances chacune leur tour en juillet et en août, ainsi, elles ne seront pas toutes les deux disponibles en même temps (sauf pour la dernière semaine de juillet)

Cette rencontre a été bien brève, mais nous étions tous les deux encore très fatigués en raison du virus qui nous mène la vie dure dernièrement, alors nous avions moins de conversation qu’à l’habituelle.

Elle nous a parlé que nous pouvions choisir d’accepter ou de refuser diverses interventions à la naissance de notre bébé et nous a fournit quelques textes informatifs à ce propos.

  • Ainsi, nous pouvons accepter ou refuser l’application de l’onguent qui prévient la conjonctivite à Chlamydia et à Gonorrhée chez le nouveau-né. Comme nos prélèvements concernant ces deux maladies sont négatifs et ce, depuis toujours, il ne nous semble pas approprié de donner un onguent antibiotique pour rien, puisque cela pourrait contribuer à favoriser de la résistance (ce qui est d’ailleurs déjà le cas, puisque 23% des bactéries de gonorrhée sont résistantes à cet onguent).
  • Nous pouvons accepter ou refuser l’injection de vitamine K, qui couvre le bébé contre la maladie hémorragique du nouveau-né sous sa forme classique. Nous sommes tout à fait à l’aise que bébé reçoive cet injection, nous ne nous voyons pas gérer une potentielle hémorragie durant les premiers jours de vie de petit trésor!
  • Nous pouvons recevoir une prescription de suppléments de vitamine D, ce que je pense essentiel, puisque cela est recommandé dans tous les articles et les livres sur l’allaitement que j’ai consulté jusqu’à maintenant.
  • Nous pouvons accepter ou refuser que bébé aille un prélèvement pour dépister certaines maladies métaboliques. Ces maladies, bien que très rares, peuvent entraîner des complications permanentes chez le bébé, donc nous pensons qu’il est important de les dépister.

Ensuite, nous avons effectuer les mesures d’usage. Ma pression est adéquate (100/60), mon utérus mesure désormais 35 cm de haut (ce qui explique les douleurs aux côtes, il n’y a plus de place dans mon abdomen, hihihi), mon tour de taille est de 92 cm et le coeur de bébé bat au rythme de 140 btts/min (normale entre 120 et 160). Ainsi, tout continu de se dérouler normalement, et c’est la pleine forme malgré les quintes de toux. Nous sommes ravis que tout continu d’aussi bien se passer.

Second cours prénatal

Le 22 juin dernier, nous étions supposé avoir notre second cours prénatal. Malheureusement, nous sommes tout les deux malades depuis quelques jours. Nous avons donc annulé toutes mes obligations cette semaine, pour que je puisse me reposer au maximum. Pas de cours de ballet, pas de cours prénatal, un maximum de sommeil et c’est papa qui veille sur le ménage et la cuisine, même s’il n’est pas au meilleur de sa forme lui non plus. Il insiste pour dire qu’il est plus important que je me repose en priorité vu que ma santé a un impact sur nous deux.

Le 23 juin, nous avons vu le médecin, qui a confirmé ce que nous pensions déjà avoir: un virus respiratoire. Heureusement, ton papa a eu du sirop pour l’aider à arrêter de tousser la nuit et réussir à prendre un peu de sommeil pour récupérer. De mon côté, on continu avec le sommeil, l’hydratation, le sinus rinse et les pastilles au miel. Nous avons tout les deux très hâte d’arrêter de tousser sans arrêt, c’est épuisant 😦 J’espère que les quintes de toux ne te dérangent pas trop, petit trésor, tu dois trouver que depuis quelques jours, ça brasse beaucoup!

Nous nous sommes réinscrit au cours, qui concerne l’accueil du nouveau-né, pour le 27 juillet, nous pourrons le suivre si tu n’es pas encore parmi nous et sinon, notre sage-femme nous a mise la documentation de côté, comme ça, on ne manquera pas trop d’informations. Ça ne nous inquiète pas trop, puisque nous avons déjà lu plusieurs ouvrages de référence sur le sujet durant nos temps libres, alors nous devrions être prêts et puis, il n’y a rien comme l’expérience pour apprendre les bons gestes qui vont nous permettre de s’occuper de toi adéquatement.

Je suis désolée de te brasser autant en raison des quintes de toux, mais heureusement, ça devrait se terminer bientôt. Nous allons pouvoir revenir à une routine un peu plus normale et profiter à nouveau pleinement de nos journées!

 

Photos bedon ^^

Le 19 juin, nous sommes allés aux jardins Daniel A. Séguin pour une activité toute spéciale et particulièrement significative pour nous: prendre nos premières photos de famille !!! Car oui, même si petit trésor est encore dans mon bedon, elle est bien présente et elle est déjà un membre de notre famille, c’est indéniablement ce que nous pensons tous les deux.

Ainsi, c’est sous le signe d’une météo très clémente, avec une photographe très talentueuse, que nous avons passé un bon deux heures à arpenter les jardins afin de trouver les meilleurs décors et la meilleure lumière, afin d’obtenir les photos les plus réussies possibles. Bien que je n’ai pas accès au résultat final, nous avons tout de même droit à un petit aperçu, que je suis très heureuse de partager ^^ Andrée-Anne a définitivement beaucoup de talent et elle aime ce qu’elle fait, ça paraît!

13501552_1021533911287250_2378172677037429750_n13557711_1021533914620583_2109487700039684874_n

Septième rendez-vous sage-femme

Après une longue pause de 5 semaines, nous avons finalement eu notre septième rendez-vous à la Maison des naissances. Papa a pris congé, puisque nous devions rencontrer la seconde sage-femme qui pourrait être présente à l’accouchement et elle ne fait du bureau que les jeudi et les vendredi. Au final, nous étions bien contents, car ça nous a permis de fêter la fête des pères un peu en avance avec ton papa et ton papi en allant dîner au restaurant, puis de travailler sur ta chambre en après-midi.

Cette rencontre a très bien été, le courant passait bien. Finalement, nous nous sentons à l’aise avec les deux sage-femmes, donc une ou l’autre nous permettra d’avoir un accouchement en toute confiance. Nous avons discuté de la possibilité de faire une culture vaginale pour le streptocoque B à la 36e semaine, puisque si ce test est positif, une contamination du bébé est possible et il faut parfois envisager d’accoucher avec une perfusion de pénicilline pour éviter que le bébé ne contracte une infection. Avant toute chose, nous allons attendre de faire le prélèvement avant de prendre une décision quant aux méthodes à prendre advenant un résultat positif, puisque ce dernier pourrait tout autant être négatif. Vaut mieux traverser le pont une fois rendu et pas avant 😉

Sinon, elle m’a dit que j’avais l’air très en forme pour mon stade de grossesse, ce qui m’a étonné, car je dois souvent faire de petites siestes. Au contraire, elle m’encourage à poursuivre mes siestes, et m’a dit que cela était parfaitement normal de dormir davantage à ce moment-ci, puisque mon corps se prépare tranquillement pas vite en vu de l’accouchement. Elle était aussi très satisfaite que je sois en contact avec une physiothérapeute, en disant que toutes les femmes devraient avoir accès à de la rééducation périnéale post-accouchement et que nous sommes choyés que nos assurances couvrent ces traitements, essentiels à son avis.

Sinon, elle a aussi pris les mesures d’usage (tension artérielle, circonférence du ventre, hauteur de l’utérus, fréquence cardiaque du bébé) et tout est normal. Papa et moi sommes encore tout à fait étonnés de la capacité des sage-femmes à deviner le positionnement du bébé simplement à le tâter à travers mon ventre. Bonne nouvelle, tu as déjà la tête en bas, les fesse à la hauteur de mon nombril vers la droite et les petits pieds qui donnent des coups sur le côté gauche 😉 D’ailleurs, j’ai commencé à t’appeler ma petite pouliche, vu que tu donnes souvent des coups de pieds. Finalement, elle nous a montré quelque chose qui nous a ravis: ton petit coeur bat maintenant suffisamment fort pour que si papa colle l’oreille sur mon ventre au bon endroit, il peut l’entendre battre, sans avoir besoin d’un doppler ou d’un stéthoscope. C’est absolument magique de pouvoir t’entendre ainsi, dit-il ^^ J’en suis persuadée!

Premier cours prénatal

Mardi le 14 juin dernier, nous avons eu un téléphone de la Maison des naissances pour nous aviser que nous devions nous inscrire aux cours prénataux le plus rapidement possible, étant donné que l’offre de cours diminue considérablement en saison estivale. Ils nous offraient d’aller au cours le soir même, ce qui ne fonctionne pas avec l’horaire de papa, ou sinon, ils avaient aussi de la disponibilité pour un dernier couple le lendemain soir. Nous avons saisi l’occasion, puisque pas plus tard que la veille, nous nous interrogions à savoir quand nous allions suivre les fameux cours et cela nous rendait perplexes de ne toujours pas avoir eu de nouvelles, alors que nous sommes à moins de 8 semaines de la date prévue pour l’accouchement. Nous nous demandions en fait si notre nom n’avait pas tout simplement été oublié sur la liste, puisque nous nous étions inscrits sur la liste d’attente le rendez-vous précédent en mai, tout juste avant de partir en voyage. Mais bon, l’important, c’est tout d’abord de pouvoir suivre les cours, mais surtout, de pouvoir y assister ensemble, ce qui est finalement le cas. Cependant, puisque l’offre de cours est moindre, nous ne pourrons pas les suivre en ordre, mais cela importe peu, tant qu’au final nous puissions faire les quatre!

Ainsi, le mercredi 15 juin de 19h00 à 21h00, nous avons eu notre premier cours, qui est en fait le cours numéro 2, sur la réalité de l’accouchement, un euphémisme pour parler de la douleur. En Maison de naissance, il n’y a pas de péridurale, si la patiente en désire absolument une, elle doit être transférée à l’hôpital (ce qui arrive parfois). Ainsi, la sage-femme qui donnait le cours nous a plutôt parler des techniques pour gérer naturellement la douleur, ainsi que donné des explications scientifiques sur les causes et les cycles de cette dernière. Ainsi, si la femme devient stressée ou a peur de ses prochaines contractions, elle libère de l’adrénaline, ce qui place son corps en position de fuite, empêche la progression de l’accouchement et augmente la douleur, ce qui augmente à nouveau le stress et la peur etc. Un cercle vicieux peut rapidement s’installer.

L’idéal est plutôt de favoriser la libération des endorphines, des hormones qui facilitent le travail et placent la femme en «état second», lui permettant de gérer ou d’endurer plus facilement la douleur. Pour cela, un cadre intime, sécuritaire et la présence de gens qui peuvent la calmer ou la rassurer sont essentiels. Le papa a donc un grand rôle a jouer pour aider la mère à se détendre, soit en lui donnant des compresses chaudes ou froides selon ses besoins, en la massant, en faisant des points de pression, en lui rappelant de changer souvent de positions ou encore tout simplement de ne pas oublier d’aller à la salle de bain (NB: une vessie pleine augmente la douleur!), de boire et de manger. La sage-femme, elle, guide le couple, l’assiste et est prête à intervenir en cas de pépins, en plus de monitorer régulièrement l’état de la mère et du bébé (et du papa 😉 ). C’est la même sage-femme qui accompagne le couple du début du travail à la fin, ce qui rend le suivi beaucoup plus étroit et intime, il n’y a pas de rotation d’intervenants au cours de l’accouchement.

La philosophie et les méthodes des Maisons de naissance me plaisent beaucoup (respect de la femme, du couple, c’est la mère qui donne naissance et non l’équipe médicale etc.), et ce cours n’a fait que confirmer ce que nous savions déjà en grande partie. Évidemment, accoucher me fait un peu peur, car c’est complètement inconnu pour moi, mais je me dis qu’ainsi, si tout fonctionne (personne n’est à l’abri d’éventuelles complications et le tout pourrait aussi bien finir en césarienne, j’en suis bien consciente!), nous allons pouvoir offrir à notre fille une venue au monde qui la respecte le plus possible, en suivant son rythme à elle. En fait, plus que de l’angoisse, je ressens surtout une vive envie de la rencontrer et je me dis concernant l’accouchement que chaque contraction, chaque moment douloureux est un moment qui va me rapprocher de cette rencontre, donc je ne dois pas fuir ou l’éviter, mais plutôt le vivre pleinement pour enfin pouvoir prendre ma fille dans mes bras. Vu ainsi, c’est pas mal moins stressant 😉

Bref, ça été un cours fort instructif et nous avons hâte d’assister au deuxième la semaine prochaine, qui concerne l’accueil du nouveau-né!

Derniers projets de couture

La semaine du 12 juin, j’ai fait un dernier blitz couture, puisque comme nous voulons finaliser ta chambre, il me fallait terminer de coudre pour pouvoir déplacer la machine ailleurs dans l’appartement! J’ai donc enfin terminer de coudre toutes mes tenues de maternité, et il me fait très plaisir de partager le fruit de mes efforts en photos. Ça nous a permis de faire de belles économies, en plus de me procurer des tenues confortables, seyantes et à mon goût. Et puis, la couture reste un de mes loisirs favoris, alors même si je ne couds plus pour des costumes, autant profiter du savoir-faire que j’ai accumulé pour m’amuser avec d’autres projets.

Ça donne donc deux robes portefeuilles, dont une à manches courtes (la bleue) et une à manches aux coudes (la verte), une robe maxi (la jaune), une robe à col en V (la rouge) et une camisole. Avec ça, j’ai de quoi m’habiller sans m’inquiéter de la grosseur que va prendre mon bedon au cours des prochaines semaines, puisque tous ces vêtements s’adaptent jusqu’à la fin d’une grossesse sans serrer le ventre. Maman et bébé vont donc être tout en confort 😉

Huitième mois

Dimanche le 12 juin, tu as atteint la 32e semaine et le 8e mois. Pour ton papa et moi, c’était très significatif, puisque cela veut dire que tu vas naître plus tard que moi ^^ Même si nous savons que le contexte entourant ma naissance et celui entourant la tienne sont deux mondes totalement différents, je gardais à l’intérieur de moi une petite peur que tu naisses prématurément toi aussi. Or, notre souhait le plus cher est d’avoir un bébé sain qui nous correspond et pour être en pleine forme, il vaut mieux pour toi de ne pas naître avant au moins ta 37e semaine. À date, tout semble indiquer que nous allons y arriver, puisque tu loges encore bien haut dans mon bedon, je n’ai aucune contractions et tu es en plein forme! Merci la vie de nous faire le si beau cadeau d’une belle grossesse en santé avec un bébé vigoureux ^^ Donc allons-y pour un petit bilan!

Digestion: Les inconforts digestifs ont remplacés les nausées, qui sont toutefois cent fois moins incommodants. C’est plutôt que je dois manger de plus petites portions et éviter ce qui est trop acide ou épicé (fini le café), puisque mon estomac est comprimé et plus capricieux. Heureusement, c’est l’été, donc la saison des fraises, des bleuets et des cerises. Je me gâte passablement en profitant un maximum de ces petites douceurs!

Humeur: Encore stable, mais je remarque que je commence à m’inquiéter un peu plus souvent. Vais-je être une bonne maman? La chambre va-t-elle être prête à temps? Vas-tu être en santé? L’accouchement va-t-il bien se passer? Autant de petits soucis que j’apprivoise doucement. Je pense que tout cela est bien normal, puisque plus les jours avancent, plus ta venue devient une possibilité concrète et avec elle arrive tout un lot de questionnements. Heureusement, ton papa est très présent pour m’aider à relativiser et continuer à profiter de ce qui est pour le moment: une grossesse vraiment merveilleuse!

Fatigue: C’est le mois du retour des siestes! Avec le bedon qui grossit, bébé qui prend du poids et qui bouge maintenant quasiment aux deux heures de manière vigoureuse (de jour comme de nuit), le sommeil est plus difficile (heureusement, j’ai reçu un super coussin de ton papa qui m’aide beaucoup à trouver une position de sommeil confortable!). Mais entre les siestes, je peux continuer mes activités normalement, donc somme toute, c’est encore très tolérable.

Mouvements:Je trouvais le mois dernier que petit trésor bougeait beaucoup, mais je n’avais encore rien vu! La dernière semaine, elle s’activait quasiment aux deux heures, de jour comme de nuit.

Vergetures: Aucune à date

Ventre: Il continu sa progression et j’ai un beau bedon rond!

Pression, croissance de bébé, fréquence cardiaque: Tout est normal, c’est vraiment une très belle grossesse à date!

Sem 32-1 (2).jpg

Anniversaire et shower

Chère Annabelle,

La fin de semaine du 10 au 12 juin a été riche en émotions pour tes parents, alors tu as du ressentir toutes sortes de choses toi aussi, dont avant tout, beaucoup d’amour. Voici pourquoi ^^

Premièrement, il s’agissait de la fin de semaine de mon anniversaire, alors ton papa a lancé cette fin de semaine en grand en me faisant un cadeau de fête génial (il m’a offert un jeu que je voulais depuis longtemps). Il m’a aussi en me faisant un cadeau de maternité, puisque dernièrement, avec le bedon qui grossit, j’ai de plus en plus de difficulté à trouver une position confortable pour dormir. Ainsi, il m’a offert un coussin qui, pour le moment, sert de coussin d’appoint pour plus de confort lors du sommeil et qui, éventuellement, pourra servir aussi de coussin d’allaitement et de coussin pour t’aider à bien te tenir assise lors de tes premiers essais. J’ai trouvé cela très touchant que ton papa pense autant à notre confort à toutes les deux ^^

IMG_20160618_093417.jpg

Cet accessoire est vraiment magique, maintenant, je peux être confortable en dormant, quel soulagement! Les oreillers, trop mous, n’offrent pas du tout le même support.

Puis, le lendemain, nous sommes aller rendre visite à tes parrains, qui venaient tout juste de déménager la semaine même. Malgré tout, ils nous ont reçu comme si de rien était et avaient pris le temps d’installer la chambre d’amis au complet! Ils sont vraiment très bien organisés. Encore une fois, j’ai eu une petite célébration d’anniversaire, et nous avons passé du bon temps entre amis. De plus, ils ont tout de suite compris mes besoins différents avec ta croissance, et tout le monde a été très gentils et compréhensifs quand j’ai eu besoin de faire une petite sieste en après-midi. J’ai pu m’amuser, me reposer et m’amuser de nouveau, si c’est pas génial ça 😉

Puis, le clou de la fin de semaine a été le dimanche matin, le jour de ta 32e semaine. Ton papa m’a dit que nous allions déjeuner avec nos amis pour mon anniversaire, mais que le lieu était une surprise. J’avais hâte d’en savoir plus, étant donné mon naturel curieux. Arrivée au restaurant, j’ai tout de suite remarqué que la surprise allait bien au delà du lieu, puisque la table n’était pas mise pour 4 personnes, mais bien pour 16!!! Ton papa nous a organisé, avec l’aide d’un autre bon ami, un shower qui rassemble tous nos amis d’un peu partout. Il a même pensé à faire des invitations vraiment mignonnes et des petites cartes de remerciement, le tout, dans l’esprit du thème de ta chambre. Si c’est pas de l’attention aux détails ça.

IMG_20160618_094815IMG_20160618_094824IMG_20160618_094837

Donc, nous avons déjeuné avec plein de personnes merveilleuses que nous avons très hâte que tu rencontres et qui ont aussi toutes très hâte de te rencontrer. Il y avait bien évidemment tes parrains, Jean-Michel et Pierre-Alexandre. Ensuite, Stéphanie et Maxime ont fait la route depuis Québec (!) pour déjeuner avec nous! Stéphanie connaît ton papa depuis le secondaire et nous sommes amis les 4 ensemble depuis l’Université, c’est donc une très longue amitié. C’est aussi avec eux que nous avons fait un merveilleux voyage en Grèce l’année précédent ta naissance, tu vas sans doute voir des photos de ces semaines mémorables! Pascal, qui a aidé ton papa à organiser l’événement et qui photographiait, et sa conjointe Karine, sont des amis de l’Université, rencontrés durant ma maîtrise en histoire. Malgré le fait que Karine travaille à Ottawa présentement et qu’ils sont souvent séparés, ils ont tenus à être présents pour nous, et pour toi. Il y avait aussi Mélanie et Richard, que j’ai rencontré quand j’avais 15 ans, lors de mon premier emploi d’été à la Crémerie. Ça aussi, c’est une amitié qui perdure! Ils sont venus avec leurs deux filles, Inara et Océlia, qui nous avons eu le bonheur de garder quelques fois. Toute leur petite famille était très énervée à l’idée de te rencontrer pour la première fois et les petites ont passées beaucoup de temps à te parler et te caresser à travers mon ventre. Tu as reçu beaucoup d’amour et d’attention 😉 Il y avait aussi Martha, une autre amie d’Université, qui est venue avec son petit Mattéo. Comme elle est maman pour la troisième fois, elle avait plein de bons conseils pour nous! Finalement, il y avait aussi Caroline, une amie du Cégep (une autre amitié de longue date). Bien qu’elle n’ait pu venir que quelques instants, elle a tout de même trouvé le temps de faire une petite place dans son horaire chargé pour venir partager cette agréable matinée avec nous. Ainsi, grâce à toutes ces personnes extraordinaires, nous avons reçus beaucoup d’amour, de générosité et de gentillesse, en plus d’avoir partagé beaucoup de rires et de bonne humeur. Ainsi, tu as du ressentir que j’étais tout simplement euphorique hihihi. Je suis vraiment ravie comme maman de nous savoir si bien entouré et je sais maintenant hors de tous doutes que tu vas côtoyer des personnes exceptionnelles qui vont sans aucun doute t’aider à grandir et à te développer de manière optimale. Il n’y a rien de plus rassurant! Et maintenant, quelques photos souvenirs de cet événement mémorable.

Après toutes ces émotions, nous sommes revenus chez nous vraiment heureux, mais aussi très fatigués. Quelle journée! La prochaine petite fête en ton honneur sera celle du shower pour la famille, en juillet prochain. Un autre bon moment en perspective 😉

Plancher pelvien, massages périnéaux et diastase

Le 9 juin dernier, j’ai eu la chance de rencontrer une physiothérapeute spécialisée en plancher pelvien. Cette dernière, recommandée par ma professeur de ballet, a pu me rassurer et me conseiller à plusieurs niveaux concernant les exercices à faire et ne pas faire pour me préparer à un accouchement optimal. Elle a aussi procédé à un bilan de ma musculature périnéale et a établi un plan de suivi pour les exercices à faire une fois l’accouchement vécu, afin de récupérer le plus rapidement possible. Petit trésor, maman se prépare de son mieux pour te permettre une venue au monde qui te respecte et respecte son corps, même si ça paraît parfois curieux de faire des entraînements de préparation à l’accouchement!

J’ai ainsi appris que les muscles du plancher pelvien sont très importants à la fois pour soutenir la vessie, l’utérus et les intestins, mais aussi qu’ils doivent être souples pour permettre le passage du bébé lors de l’accouchement.

informations-plancher-pelvien (1).png

Ça ne se nomme pas « plancher » pelvien pour rien, vu que cet ensemble de muscle supporte les organes siégeant dans le bassin

Des muscles trop  faibles peuvent conduire à des pertes urinaires, puisque la vessie n’est plus bien soutenue, et dans de rares cas plus extrêmes, cela peut même aller jusqu’à une descente des organes, qui « traversent » les muscles trop faibles. À ce stade, seule la chirurgie peut corriger les dégâts. Bon, je ne m’inquiète pas vraiment pour un descente d’organe, mais la perspective d’avoir de l’incontinence, même légère, avant mes 30 ans, ne m’enchante pas du tout! Ainsi, la physiothérapeute à évalué ma musculature périnéale.

Bonheur: mes muscles sont très forts et répondent biens, puisque j’ai réussi sans problème tous les exercices demandés. Je suis donc aussi capable de bien les identifier et de contacter les bons muscles de la bonne façon. Cela est d’autant plus important que si j’arrive à les contracter, l’inverse est aussi vrai: je peux contrôler leur relâchement, ce qui est indispensable lors de l’accouchement (après tout, bébé doit quand même se frayer un chemin à travers tous ces muscles!). Je n’ai donc qu’à faire des contractions tous les jours pour maintenir ma condition actuelle et tout devrait aller pour le mieux.

Or, il faut des muscles forts, mais aussi des muscles souples. Car des muscles trop raides conduisent à des déchirures. Pour prévenir cela, rien de mieux que de les étirer. Ainsi, elle m’a conseillé de commencer un massage périnéale dès la 34e semaine, pour préparer mes muscles à s’étirer et faciliter leur élongation, ce qui minimise les chances de déchirures. Si je peux faire quoique ce soit pour minimiser cette possibilité, je me lance sans hésitation! Après tout, si l’accouchement se passe bien et que je récupère rapidement en raison d’avoir fait les bons exercices, cela signifie aussi que je vais profiter plus rapidement du bonheur d’être avec papa et bébé, sans avoir à me préoccuper de diverses blessures et autres bobos.

Finalement, nous avons discuté des muscles abdominaux, qui travaillent de concert avec ceux du plancher pelvien, pour soutenir l’utérus qui s’agrandit durant la grossesse. J’ai ainsi appris que la majorité des femmes enceintes développent un diastase, soit la formation d’une ouverture conséquente entre les grands droits des abdominaux.

diastase-gravidez

Des grands droits normaux vs des grands droits lors d’une diastase. À noter qu’une ouverture est normale durant la grossesse, c’est une ouverture excessive qui conduit à l’appellation de diastase. 

Lorsque cette ouverture persiste après l’accouchement, elle conduit au phénomène de ventre « bulle » ou « beigne », puisque les muscles ne soutiennent plus suffisamment les organes de l’abdomen pour retrouver un ventre plat. Au-delà de l’aspect cosmétique de la chose, il y a surtout que cette ouverture contribue à affaiblir les muscles du dos, puisque ces deux  groupes de muscles (abdominaux et dorsaux) sont reliés et l’état de l’un influence celui de l’autre. Ainsi, bonjour les douleurs lombaires!

Après évaluation, j’ai bel et bien ou ouverture des grands droits, pour le moment, elle est normale. Cependant, j’ai réalisé que je faisais mal plusieurs mouvements qui pouvaient accentuer cette ouverture et que je dois corriger le tout au plus vite. Je ne dois plus faire de torsions, ni de contractions de grands droits: si mon ventre fait un petit triangle, je force mal et je dois m’y prendre autrement. Ainsi, pour me lever du lit, je dois rouler sur le côté, puis me pousser avec mon bras, et non pas me lever en faisant un redressement assis. En fait, je dois éviter tout mouvement qui s’apparente à un redressement assis. Je dois plutôt faire des exercices d’abdominaux pour femmes enceintes, c’est-à-dire des exercices qui renforcent les abdominaux profonds. Le bénéfice est qu’ils renforcent la ceinture abdominale basse, donc le support lombaire: ils préviennent les maux de dos en somme, si ce n’est pas génial!

Toutefois, ma condition générale étant bonne, je suis sortie de mon rendez-vous avec ma liste d’exercices, et la consigne de la revoir… 6 semaines après mon accouchement. Cela me fait très plaisir, puisque cela signifie que je n’ai pas de lacunes nécessitant un suivi régulier, juste un suivi de routine pour vérifier que tout est revenu à la normale après l’accouchement. Je suis bien contente de continuer mes cours de ballet tant que je vais y arriver, je suis certaine que cela contribue à ma bonne forme! Et qui dit maman en forme dit assez d’énergie pour bien récupérer et mieux prendre soin de petit trésor 😉