Plancher pelvien, massages périnéaux et diastase

Le 9 juin dernier, j’ai eu la chance de rencontrer une physiothérapeute spécialisée en plancher pelvien. Cette dernière, recommandée par ma professeur de ballet, a pu me rassurer et me conseiller à plusieurs niveaux concernant les exercices à faire et ne pas faire pour me préparer à un accouchement optimal. Elle a aussi procédé à un bilan de ma musculature périnéale et a établi un plan de suivi pour les exercices à faire une fois l’accouchement vécu, afin de récupérer le plus rapidement possible. Petit trésor, maman se prépare de son mieux pour te permettre une venue au monde qui te respecte et respecte son corps, même si ça paraît parfois curieux de faire des entraînements de préparation à l’accouchement!

J’ai ainsi appris que les muscles du plancher pelvien sont très importants à la fois pour soutenir la vessie, l’utérus et les intestins, mais aussi qu’ils doivent être souples pour permettre le passage du bébé lors de l’accouchement.

informations-plancher-pelvien (1).png

Ça ne se nomme pas « plancher » pelvien pour rien, vu que cet ensemble de muscle supporte les organes siégeant dans le bassin

Des muscles trop  faibles peuvent conduire à des pertes urinaires, puisque la vessie n’est plus bien soutenue, et dans de rares cas plus extrêmes, cela peut même aller jusqu’à une descente des organes, qui « traversent » les muscles trop faibles. À ce stade, seule la chirurgie peut corriger les dégâts. Bon, je ne m’inquiète pas vraiment pour un descente d’organe, mais la perspective d’avoir de l’incontinence, même légère, avant mes 30 ans, ne m’enchante pas du tout! Ainsi, la physiothérapeute à évalué ma musculature périnéale.

Bonheur: mes muscles sont très forts et répondent biens, puisque j’ai réussi sans problème tous les exercices demandés. Je suis donc aussi capable de bien les identifier et de contacter les bons muscles de la bonne façon. Cela est d’autant plus important que si j’arrive à les contracter, l’inverse est aussi vrai: je peux contrôler leur relâchement, ce qui est indispensable lors de l’accouchement (après tout, bébé doit quand même se frayer un chemin à travers tous ces muscles!). Je n’ai donc qu’à faire des contractions tous les jours pour maintenir ma condition actuelle et tout devrait aller pour le mieux.

Or, il faut des muscles forts, mais aussi des muscles souples. Car des muscles trop raides conduisent à des déchirures. Pour prévenir cela, rien de mieux que de les étirer. Ainsi, elle m’a conseillé de commencer un massage périnéale dès la 34e semaine, pour préparer mes muscles à s’étirer et faciliter leur élongation, ce qui minimise les chances de déchirures. Si je peux faire quoique ce soit pour minimiser cette possibilité, je me lance sans hésitation! Après tout, si l’accouchement se passe bien et que je récupère rapidement en raison d’avoir fait les bons exercices, cela signifie aussi que je vais profiter plus rapidement du bonheur d’être avec papa et bébé, sans avoir à me préoccuper de diverses blessures et autres bobos.

Finalement, nous avons discuté des muscles abdominaux, qui travaillent de concert avec ceux du plancher pelvien, pour soutenir l’utérus qui s’agrandit durant la grossesse. J’ai ainsi appris que la majorité des femmes enceintes développent un diastase, soit la formation d’une ouverture conséquente entre les grands droits des abdominaux.

diastase-gravidez

Des grands droits normaux vs des grands droits lors d’une diastase. À noter qu’une ouverture est normale durant la grossesse, c’est une ouverture excessive qui conduit à l’appellation de diastase. 

Lorsque cette ouverture persiste après l’accouchement, elle conduit au phénomène de ventre « bulle » ou « beigne », puisque les muscles ne soutiennent plus suffisamment les organes de l’abdomen pour retrouver un ventre plat. Au-delà de l’aspect cosmétique de la chose, il y a surtout que cette ouverture contribue à affaiblir les muscles du dos, puisque ces deux  groupes de muscles (abdominaux et dorsaux) sont reliés et l’état de l’un influence celui de l’autre. Ainsi, bonjour les douleurs lombaires!

Après évaluation, j’ai bel et bien ou ouverture des grands droits, pour le moment, elle est normale. Cependant, j’ai réalisé que je faisais mal plusieurs mouvements qui pouvaient accentuer cette ouverture et que je dois corriger le tout au plus vite. Je ne dois plus faire de torsions, ni de contractions de grands droits: si mon ventre fait un petit triangle, je force mal et je dois m’y prendre autrement. Ainsi, pour me lever du lit, je dois rouler sur le côté, puis me pousser avec mon bras, et non pas me lever en faisant un redressement assis. En fait, je dois éviter tout mouvement qui s’apparente à un redressement assis. Je dois plutôt faire des exercices d’abdominaux pour femmes enceintes, c’est-à-dire des exercices qui renforcent les abdominaux profonds. Le bénéfice est qu’ils renforcent la ceinture abdominale basse, donc le support lombaire: ils préviennent les maux de dos en somme, si ce n’est pas génial!

Toutefois, ma condition générale étant bonne, je suis sortie de mon rendez-vous avec ma liste d’exercices, et la consigne de la revoir… 6 semaines après mon accouchement. Cela me fait très plaisir, puisque cela signifie que je n’ai pas de lacunes nécessitant un suivi régulier, juste un suivi de routine pour vérifier que tout est revenu à la normale après l’accouchement. Je suis bien contente de continuer mes cours de ballet tant que je vais y arriver, je suis certaine que cela contribue à ma bonne forme! Et qui dit maman en forme dit assez d’énergie pour bien récupérer et mieux prendre soin de petit trésor 😉

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s